Naimi Média

L'info de la protection sociale et du patrimoine
Mise en avant Patrimoine

Etude ERES sur l’actionnariat salarié : encore un bon cru 2018

La société Eres, spécialiste en actionnariat salarié, épargne retraite et épargne salariale, a publié ce jour les résultats de la 7e édition de son Panorama de l’actionnariat salarié des entreprises du SBF120.

Les principaux résultats de son étude sont les suivants.

En 2018, 38 opérations collectives ont été menées par 34 entreprises du SBF120 (augmentations de capital réservées aux salariés et cessions d’actions). Ce nombre est le plus haut atteint durant ces 10 dernières années. Il se situe bien au-dessus de la moyenne du nombre d’opérations depuis 2007 (31 opérations).

Le volume de ces opérations a été multiplié par 2 depuis 2013, pour atteindre 3,4 milliards d’euros en 2018. Il s’agit du plus haut niveau jamais recensé, souligne ERES.

Un actionnaire salarié du SBF120 détient en moyenne 36 580 euros d’actifs de son entreprise avec cependant de fortes disparités selon culture de ce type de dispositif dans l’entreprise.

L’étude relève que l’actionnariat salarié est un excellent outil pour fidéliser les talents. Entre 2013 et 2018, les entreprises ayant une forte culture d’actionnariat salarié présentent un taux de départs volontaires inférieur aux autres sociétés (6,9% contre 9,6%) et un taux de licenciement inférieur (3,3% contre 5,0%).

La France est championne d’Europe de l’actionnariat salarié collectif dans les entreprises cotées en bourse mais reste en retard en la matière dans les entreprises non cotées.

  • 73,6% des entreprises françaises cotées ont des plans d’actionnariat salarié pour l’ensemble des salariés, contre une moyenne européenne de 46,6% 
  • 36,5% des salariés sont actionnaires contre 20,7% en Europe (taux de démocratisation)
  • Les salariés (non dirigeants) détiennent 3,8% du capital des sociétés cotées, contre une moyenne de 1,7% en Europe

Mais

  • Aujourd’hui, seules 4% des PME françaises ont ouvert leur capital à leurs salariés
  • Dans le non coté, les taux de souscription sont toujours très élevés même si la décote moyenne proposée reste inférieure au SBF120 : 11,6%, contre 18% dans le SBF120

ERES rappelle que deux mesures importantes ont été prises dans le cadre de la loi sur le financement de la Sécurité sociale pour 2019 et la loi Pacte :  forfait social abaissé à 10% sur l’actionnariat salarié et décote de 30% maximum (au lieu de 20%) pour un blocage de 5 ans.

Lire les résultats de l’étude sur le site d’ERES



[

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *